Notre Blog

Contribution de Blanco à RegTechBlackBook La suite

Regtech logo

Le RegTechBlackBook est une collection d’aperçus et de connaissances approfondies provenant du monde entier qui fournit une vue d’ensemble holistique des développements dans l’espace RegTech. Le RegTechBlackBook original a été produit en 2019 et The Sequel a été publié en 2021 avec de nouvelles mises à jour et une plus grande couverture mondiale. La contribution de Blanco à RegTechBlackBook The Sequel se concentre sur la WealthTech et la façon dont elle peut contribuer à l’inclusion financière.

Ce qu’est la WealthTech, RegTech et comment elle peut contribuer à l’inclusion financière

La WealthTech apporte les promesses de la quatrième révolution industrielle aux sociétés d’accumulation de richesse, d’investissement et de retraite. Ces secteurs bénéficient de l’amélioration des technologies, mais la WealthTech s’épanouirait encore davantage si une meilleure collaboration s’instaurait. Celle-ci est nécessaire pour que la WealthTech puisse contribuer encore mieux à l’inclusion financière.

Qu’est-ce que la WealthTech ?

La WealthTech consiste à développer une technologie permettant de gérer ou d’optimiser les investissements et l’accumulation de richesse de manière innovante, par exemple pour constituer une pension. En fait, la WealthTech gère le patrimoine de la même manière que la FinTech gère l’argent que nous utilisons tous les jours. La WealthTech relève de la fintech, car il s’agit d’une forme de technologie financière.
Les robo-advisors sont des exemples bien connus de WealthTech. Ces algorithmes utilisent par exemple l’intelligence artificielle pour fournir des conseils d’investissement automatisés et optimisés, en tenant compte des objectifs et de la stratégie d’investissement d’une personne. On s’attendait à ce que cela rende la gestion de patrimoine plus évolutive, car l’automatisation rendrait le contact humain inutile. La question est toutefois de savoir si les particuliers fortunés attendent une telle approche. Après tout, les décisions d’investissement sont si urgentes que le contact personnel est encore souvent préféré et même considéré comme nécessaire. Les experts s’attendent donc à ce que le robo-advice ne rende pas les conseils personnels superflus.
Les plateformes de courtage numérique comme Robinhood sont un autre exemple bien connu (puis-je dire infâme ?) de WealthTech. Grâce à une plateforme, il devient possible d’investir dans des actifs (numériques). Ce qui distingue certaines de ces plateformes des autres fournisseurs est leur composante sociale. Les investissements des amis ou des connaissances sur la plateforme sont également visibles sur la plateforme. C’est là que la composante sociale de Facebook et la composante financière du marché boursier semblent se croiser. Les plateformes où les gens font de petits investissements sur de plus longues périodes, comme Stash, sont également à mentionner. En effet, elles permettent aux individus de se constituer un patrimoine et d’assurer leur retraite. C’est ainsi que la WealthTech peut contribuer à l’inclusion financière.

Les prochaines étapes de la WealthTech : la technologie s’améliore

Les innovations de la WealthTech se sont multipliées ces dernières années et ont un impact croissant. Les startups, applications et concepts issus de la WealthTech ont également changé le mode de fonctionnement des entreprises de gestion de patrimoine et d’investissement. Des innovations telles que le Big Data et l’IA sont devenues des outils utilisables pour les entreprises de ces secteurs, leur permettant enfin d’accéder aux promesses de la quatrième révolution industrielle : économies de coûts, méthodes de travail plus efficaces, possibilités de passer à l’échelle plus rapidement, prévisions plus précises, nouvelles perspectives et plus de possibilités de contact optimal avec les clients.
Ces dernières années, la législation dans le segment de la richesse est devenue plus stricte et les institutions financières, qu’elles soient grandes (banques) ou petites (gestionnaires d’actifs), doivent se conformer à de nouvelles réglementations, telles que la MiFID en Europe. De plus en plus de sociétés WealthTech ne se concentrent donc pas uniquement sur l’investissement séculaire, mais proposent des services qui aident les institutions financières à remplir leurs obligations réglementaires (et plus encore).
Ces dernières années, la législation dans le segment du patrimoine est devenue plus stricte et les grandes (banques) comme les petites (gestionnaires d’actifs) doivent se conformer aux nouvelles réglementations, telles que la MiFID en Europe. De plus en plus d’entreprises WealthTech ne se concentrent donc pas seulement sur l’investissement séculaire, mais proposent des services qui aident les institutions financières à remplir leurs obligations réglementaires (et plus encore).

Les investissements dans les nouvelles technologies de la WealthTech sont à l’ordre du jour. La technologie évolue constamment, offrant davantage d’opportunités tant aux acteurs traditionnels qu’aux challengers. De cette manière, la WealthTech contribue au progrès des services financiers. Je voudrais souligner un certain nombre de tendances dans la WealthTech qui illustrent cette évolution. Il s’agit des tendances suivantes :

Platform as a Service

Ces plates-formes en nuage permettent aux entreprises de développer et d’exécuter de nouveaux services, tels que les applications WealthTech, sans avoir à se soucier de l’infrastructure nécessaire pour le faire. Avec l’essor des plates-formes en tant que service (PaaS) et les écosystèmes de fournisseurs et d’utilisateurs, les innovations sont devenues plus largement disponibles. Le PaaS garantit que l’innovation peut avoir lieu encore plus rapidement.

Big Data et plus d’informations

Les applications du Big Data sont de plus en plus nombreuses. Cela facilite le traitement d’un plus grand nombre d’informations et rend les prédictions des gestionnaires d’actifs, par exemple, plus précises. Ainsi, le travail des investisseurs, des gestionnaires d’actifs et des investisseurs devient plus fiable et plus efficace, ce qui profite à leurs services.

La gestion des données est plus urgente

Les données des gestionnaires d’actifs ne servent pas seulement à atteindre les clients, mais comprennent également des documents juridiques et des données permettant de formuler des objectifs d’investissement. Les clients attendent des conseils plus personnalisés, ce qui nécessite davantage de données. Par conséquent, les conseillers disposent de plus de données que jamais. La manière dont ils gèrent, protègent et assurent la conformité de ces données est donc plus urgente qu’avant qu’ils aient accès à ces nouvelles technologies WealthTech.

La réduction des coûts garantit l’inclusion

La technologie WealthTech et les conseils des conseillers financiers étaient autrefois réservés à une poignée de personnes. Les nouvelles technologies de la WealthTech font en sorte que cela change définitivement. Que ce soit par le biais de conseils automatisés ou de l’automatisation de processus standard, la WealthTech permet de réaliser des économies de coûts. En répercutant ces économies sur l’utilisateur final, ces produits financiers deviennent plus largement disponibles.

Regtech visual 37

Prochaines étapes de la WealthTech : la collaboration est nécessaire

Les avancées technologiques dans le domaine de la WealthTech sont nécessaires et ont déjà prouvé leur utilité pour les entreprises et leurs clients. Cependant, il ne faut pas se focaliser sur la technologie. Quiconque a été impliqué dans un processus de changement sait qu’il ne s’agit pas seulement d’avoir les bons outils à sa disposition. Une innovation réussie commence par un objectif, tel qu’un meilleur service aux clients, un marketing plus efficace, de meilleurs conseils, une opération plus évolutive, etc. Pour atteindre cet objectif, des outils sont nécessaires et l’organisation doit être convaincue de l’utilité de nouveaux logiciels, plateformes ou méthodes de travail. Tout d’abord, un alignement interne est nécessaire.
Il existe également une autre condition dans laquelle les innovations au sein de la WealthTech ne peuvent réellement s’épanouir. Il s’agit de la décision de travailler ensemble, en partageant des données ou des informations, par exemple. La collaboration n’est certainement pas une innovation, comme en témoignent les associations, les partenariats en chaîne, les consultations, les réseaux formels et informels qui abondent dans notre secteur. C’est une approche écosystémique qui fait le succès d’un secteur, et non une mentalité axée sur l’ego. En travaillant ensemble, il devient possible d’apprendre des erreurs des autres. Il est également plus facile de relever les défis ensemble, en effectuant des achats communs par exemple, ce qui permet de réduire les coûts. Il est plus facile d’aborder les problèmes avec les parties prenantes, comme les régulateurs et les législateurs, en groupe. D’autant plus que le secteur est soumis à des changements constants, la collaboration n’est pas un luxe mais une exigence pour poursuivre la croissance. Un certain alignement est également nécessaire en dehors de l’organisation.

Avantages de la WealthTech : inclusion financière

De nombreux consommateurs remettent en question les méthodes traditionnelles d’accumulation des pensions et préfèrent prendre les choses en main. Il faut tenir compte du fait que de plus en plus de consommateurs choisissent ou sont contraints de choisir de travailler en tant que travailleur flexible, indépendant ou entrepreneur. Par conséquent, les fonds de pension traditionnels ne sont pas accessibles à tous. Il n’est donc pas trop tôt pour que la WealthTech tienne ses promesses. Les changements apportés par la WealthTech peuvent faire en sorte qu’un service financier essentiel, la constitution d’une pension, devienne accessible à un plus grand nombre de consommateurs. Cela améliorera non seulement la confiance dans le système financier traditionnel, mais aussi, sans surprise, la stabilité des démocraties et des pays dans lesquels ces consommateurs se trouvent.
L’inclusion financière, comme on l’appelle, consiste à garantir l’accès aux services financiers et nous concerne tous. Pourtant, il semble que l’inclusion financière n’ait pas encore été pleinement réalisée. Rien qu’en Europe, on comptait près de 40 millions d’Européens qui n’avaient pas ou pas suffisamment accès aux services bancaires en 2016. Cette situation semble toucher particulièrement les migrants en Europe. Les résidents d’Europe de l’Est semblent également avoir un accès insuffisant aux services bancaires. C’est le cas de plus d’un Polonais et d’un Grec sur dix, ainsi que de plus d’un Slovaque et d’un Letton sur six. Le Maroc est le « pays le moins bancarisé » du monde, où 71 % des résidents n’ont pas accès aux services bancaires. La WealthTech peut apporter une réponse à ces défis et aider à fournir des services financiers.

Conclusion

Il existe des exemples convaincants (comme Knox) qui montrent que les WealthTech contribuent à l’inclusion financière. Il faut donc continuer à investir pour améliorer la technologie dans ce domaine prometteur. La collaboration, bien que moins innovante que l’IA, s’avère également être une stratégie essentielle pour atteindre cet objectif. En tant que cofondateur de Blanco, je suis impatient de travailler avec le reste de la chaîne d’approvisionnement, et toute autre personne qui se sent appelée à le faire, en faveur de l’inclusion financière.

Suivez-nous sur LinkedIn

Abonnez-vous à la newsletter Blanco

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles, articles et invitations à des événements Blanco.

Savoir plus sur nos solutions ou nos prix

Contactez-nous via le numéro de téléphone ci-dessus ou contactez directement les membres de l’équipe Blanco, en vous rendant sur notre page de contact:
Contactez-nous

Découvrez vous-même notre technologie

Réservez dès maintenant une démonstration gratuite en ligne avec l’un des membres de notre équipe:
Réserver une démo